champagnes artistes

Quand les champagnes font la cour aux artistes

Les Maisons de Champagne se sont depuis des lustres entourées d’artistes de renom : Mucha, Galle, Utrillo, Cappiello, Foujita, Peynet… Elles les ont invités dans leurs caves, sur leurs flacons, dans leurs réclames… Aujourd’hui, elles accompagnent les créateurs contemporains en mécénat, dans des expositions, ou bien leur demandent de signer une édition limitée.

Frédérique Hermine

Les champagnes aiment de plus en plus s’acoquiner avec les artistes. Les deux univers ne font-ils pas partie de l’art de vivre à la française ? Ces liaisons amoureuses qui partagent le même goût des belles choses sont aussi acheteuses. Ces marques de champagne revendiquant la promotion de l’art sous toutes ses formes tentent de séduire d’autres consommateurs plus jeunes ou des amateurs d’art qui ne s’intéressaient pas forcément aux bulles.

Par intérêt pour l’artiste ou pour un effet cadeau original, les esthètes raffolent d’éditions limitées. En fin d’année ou pour des occasions telles que la Saint-Valentin ou les fêtes des Pères/Mères, elles poussent sur les étagères de la grande distribution et des cavistes comme des champignons après la pluie. Certains maisons sont même historiquement liées au monde de l’art.

Des collaborations à foison

Ruinart donne carte blanche à un artiste contemporain chaque année depuis 2008. Invités en résidence dans la Maison et les crayères de Reims, peintres, sculpteurs, photographes, designers livrent leur vision du champagne, telle cette année la plasticienne Eva Jospin, qui signe aussi un coffret de luxe pour le jéroboam de blanc de blancs. Ils sont associés aux présentations des cuvées et à une trentaine de foires d’art dans le monde.

La Maison a également créé en 2018, avec la Picto Foundation, le prix Maison Ruinart pour mettre en lumière un photographe émergent – en 2023, Constance Nouvel. Roederer, autre mécène de la création artistique contemporaine, s’est aussi associée cette année à un photographe, Jean-Charles Gutner, pour un projet artistique mettant l’accent sur la biodiversité des vignobles et la préservation du patrimoine végétal.

La collection de feuilles, façon herbier, imprimée sur un papier coréen d’exception (hanji) a été dévoilée dans le cadre de la Biennale internationale des métiers d’art et de la création au Grand Palais Éphémère, à Paris. La Fondation créée en 2011 est également mécène de la photographie pour la Bibliothèque nationale de France, le festival du Jeu de Paume, les Rencontres d’Arles…


Lire aussi : Ruinart encourage les jeunes artistes et l’environnement


Champagne, l’artiste !

Perrier-Jouët portant sur son flacon Belle Époque les anémones créées par Pierre Galle en 1902 est liée depuis des décennies à cet univers. Elle vient d’ailleurs de rouvrir son site historique avenue de Champagne, à Épernay, après une ambitieuse restauration de l’hôtel particulier, de son cellier-boutique et de son bar à champagne, une demeure abritant la plus grande collection privée d’Art nouveau en Europe. Elle a par ailleurs confié la cuvée Belle Époque au designer mexicain Fernando Laposse pour un hommage au chardonnay grâce au coffret de fin d’année d’un beau jaune soleil.

Quant au groupe Vranken-Pommery Monopole, il expose chaque saison des œuvres contemporaines dans les crayères de Pommery à 30 mètres sous terre, mais également, en 2023, au Cellier Pompadour et à la Villa Demoiselle, en collaboration avec le musée des Beaux-Arts de Reims. Plus d’une centaine d’artistes ont déjà investi les lieux depuis la création de l’événement Experience Pommery il y a 20 ans.


Lire aussi : Un week-end en Champagne


Des flacons revisités

D’autres Maisons ont préféré mettre à contribution des artistes pour réinventer leurs flacons. Rare Champagne s’est associée à William Amor pour créer un bouquet de fleurs ornant les mathusalems de 2012 rosé vendus au profit d’associations défendant l’environnement. Cet autodidacte engagé sensibilise au développement durable en travaillant sur le recyclage des déchets comme matières premières : il a fabriqué les fleurs de Rare à partir du tartre cristallisé du champagne et des coiffes d’aluminium recyclées.

© Anthony Dorfmann

Cet automne, la Maison a commandité une sculpture monumentale à Arnaud Lapierre. Cette œuvre aux mille reflets-miroirs, hommage à la cuvée millésimée 2013, a été exposée devant l’hôtel de ville de Reims avant de rejoindre les jardins de la Maison.

Thiénot avait initié en 2018 une démarche street art avec le graphiste Speedy Graphito, qui a signé trois opus en magnums, avant de faire appel à la Mexicano-Brésilienne Fefe Talavera. Elle a été choisie par Garance Thiénot pour le côté nature et jungle, mais aussi pour son univers très féminin en lien avec la démarche RSE de la Maison rémoise, qui a abandonné le sleeve pour une étiquette en papier recyclé.

Art upcyclé

Pour fêter les 175 ans du mariage de Joséphine, à la genèse de la cuvée éponyme, Joseph Perrier avait confié l’an dernier le nouveau design du flacon à Jordane Saget, artiste jouant des lignes et de la craie, d’habitude sur les murs et les trottoirs de Paris. Le nouveau champagne EPC a collaboré cette année pour la première fois avec la jeune artiste Alice Louradour, choisie pour son univers coloré, mais également parce qu’elle réutilise des matériaux chinés ou récupérés dans la rue. Elle signe l’édition d’un millier de bouteilles numérotées en revisitant flacons et étuis pour le nouveau blanc de blancs millésimé 2011.

Des couleurs vives également pour Boizel qui a confié, à l’occasion de la 23e édition de « Boizel by », sa bouteille au duo Toqué Frères, plus habitué aux rues des villes et aux murs d’écoles. Ils ont rendu hommage à la bulle avec un univers pop et acidulé mêlant esthétique vintage et moderne pour l’étiquette et l’étui du Brut Réserve.


Lire aussi : Sélection de champagnes à La Grande Épicerie de Paris


Photo de Une : © Anthony Dorfmann

Partager cet article

A lire aussi
road trip tarentaise

Road trip dans la Tarentaise, à la croisée des mondes d’excellence

Exigence, perfection, sensation. C’est dans le paysage blanc de la vallée de la Tarentaise, au volant d’une Mercedes-AMG GT 63 S E Performance, que cette trilogie d’excellence prend toute sa mesure. Un road trip à la rencontre des métiers d’art qui font la force des stations de Méribel, Courchevel et Saint-Martin-de-Belleville.

Julien Alvarez

Les bonnes adresses de Julien Alvarez

L’adresse mythique de Ladurée rouvre ses portes sur les Champs-Élysées après plusieurs mois de rénovation. À cette occasion, le chef exécutif de la célèbre maison de pâtisserie, Julien Alvarez, nous souffle ses bonnes adresses.