Les nouveaux restaurants à tester à Paris en juin

L’été approche, éclatant, avec ses coups de soleil, mais aussi ses coups de food. On vous révèle nos chouchous de la saison, à écumer sans modération.

Lucie Truchet

Bichettes, comme à la maison

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Tu viens ce soir mon Bichon? (@bichettesrestaurant)

Bichettes, c’est la redécouverte par deux copines des meilleures recettes de leurs grand-mères, véritables sources d’inspiration pour chacune d’entre elles. Mijotées avec des produits locaux, de saison et sourcés auprès des commerçants du quartier, elles sont servies dans la vaisselle de leurs aïeules sur les tables en bois brut d’une salle à manger chaleureuse ou sur la petite terrasse ensoleillée au milieu des plantes en pot.

Œufs roses et leur mayonnaise à la betterave ; saucisse maison et sa purée de pommes de terre fumées au laurier ; riz au lait vanille et fleur d’oranger… Que ce soit au déjeuner, à l’apéro ou au dîner, on se régale de ces plats réconfortants qui nous font retomber en enfance. À accompagner d’une jolie sélection de vins naturels et en biodynamie.

Carte : environ 30 €

Bichettes, 11 rue Marie et Louise, 75010 Paris. Tél. : 01 42 08 01 10. @bichettesrestaurant sur Instagram.

Le Galopin, gastronomie polissonne

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Restaurant Le Galopin 🍽️ (@le_galopin_)

Briques apparentes, carrelage bicolore et tableaux pop : bienvenue au Galopin, micro-table gastronomique du Xe arrondissement. Nichée sur l’adorable place Sainte-Marthe, cette adresse intimiste de 24 couverts propose une cuisine délicate qui sort des sentiers battus, déjà distinguée d’une assiette Michelin et de deux toques au Gault & Millau.

Derrière les fourneaux, l’espiègle Julien Simonnet travaille avec bonne humeur, mais sans concession, n’employant que des produits frais, de saison et en circuit court. La carte évolue ainsi en fonction des arrivages et des producteurs avec qui travaille le chef main dans la main : Saint-Jacques au fumet d’ortie ; caneton sauvage et jus de viande ; mousse au chocolat ; café et sarrasin…

À accorder avec des vins bio et nature de toutes les régions de France, qui mettent en avant des vignerons engagés. Santé !

Carte : dîner en cinq temps à 55 €

Le Galopin, 34 rue Sainte-Marthe, 75010 Paris. Tél. : 01 42 06 05 03. @le_galopin_ sur Instagram.

Le Chiberta, plus que parfait

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Le Chiberta (@restaurantlechiberta)

Installée depuis 2004 à quelques pas des Champs-Élysées, la table une étoile signée Guy Savoy fait peau neuve avec un nouveau chef, Irwin Durand – sacré jeune chef de l’année 2016 par le magazine Yam et jeune talent Gault & Millau 2017 –, qui apporte un nouveau souffle à l’institution du VIIIe arrondissement.

Si Le Chiberta se pare toujours de rouge et de noir, les plats sont, eux, tout en nuances, revisitant les classiques français : tourteau au caviar, fraîcheur de pomme, fenouil ; cochon de lait, champignons, sanguette, grué de cacao ; vacherin fraise-basilic, crémeux jasmin. L’élégance des assiettes, la justesse des saveurs et la précision du service en font sans conteste l’une des plus grandes tables du quartier.

À ne pas rater : les « Rencontres mets & vins », dîner mensuel à quatre mains où le chef cuisine aux côtés d’un confrère et d’un vigneron d’une région française. Le trio crée ainsi une synergie avec des associations mets et vins qui mettent en valeur tout un terroir.

Carte : menu dégustation à 130 € (hors boisson)

La Chiberta, 3 rue Arsène Houssaye, 75008 Paris. Tél. : 01 53 53 42 00. @restaurantlechiberta sur Instagram.

Hôtel Bachaumont, nouveau QG du IIe arrondissement

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Chairish (@chairishco)

Spot incontournable des notables parisiens dans les années 1920, le Grand Hôtel de Bachaumont n’a rien perdu de sa superbe. Nommé d’après Louis Petit de Bachaumont, écrivain scandaleux qui recensait dans ses Mémoires secrets des indiscrétions piquantes sur la France du XVIIIe siècle, il conserve cette énergie vibrante qui en fait une institution du quartier Montorgueil.

Situé au rez-de-chaussée, le restaurant Art déco offre une cuisine délicate d’inspiration française avec, aux manettes, le chef Baptiste David (ex-Le Taillevent, George V) et la cheffe pâtissière Sophie Coulombel (ex-Shangri- La, Plaza Athénée) : pâté en croûte printanier ; cabillaud poché à l’anis vert servi avec asperges et lard de Colonnata ; profiteroles au sarrasin et sauce caramel… Comme un irrécusable goût de revenez-y.

Carte : environ 50 €

Hôtel Bachaumont, 18 rue Bachaumont, 75002 Paris. Tél. : 01 81 66 47 00.

Lire aussi : Les plus beaux patios d’hôtels de Paris, loin du tumulte de la ville

Des lieux à part

Café Nuances, 50 nuances de grains

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par CAFÉ NUANCES (@cafenuances)

Situé à deux pas de la place du marché Saint- Honoré, dans une ancienne crèmerie classée monument historique, ce coffee shop branché n’est décidément pas comme les autres. Mêlant le style Art déco du lieu – avec notamment un magnifique plafond en verre peint et des mosaïques au sol datant des années 1920 – à un mobilier design et coloré, il joue sur une esthétique cool totalement maîtrisée, mais pas que !

La star demeure ici le café de spécialité, grâce aux deux cofondateurs passionnés qui ont « cuppé » plus de 300 cafés avant d’arriver à une sélection exigeante et contrastée, permettant à chacun de trouver la boisson qui lui correspond. Espresso ; macchiato ; cappuccino ; filtre ; flat white ; latte ou encore moka avec des grains d’origines variées sont à déguster sur place ou à emporter. Energy boost à souhait !

Carte : 4 € le long black

Café Nuances, 25 rue Danielle Casanova, 75001 Paris. @cafenuances sur Instagram.

Café Aristide, vivons heureux, vivons cachés

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par HÔTEL MONSIEUR ARISTIDE (@monsieuraristideparis)

Insoupçonnée depuis la rue, la terrasse-jardin du Café Aristide est en passe de devenir le nouveau rendez-vous des Montmartrois avertis. Sur le modèle d’un speakeasy, il faut traverser le bar et la salle de restaurant du boutique-hôtel pour y accéder, avant de découvrir enfin le cadre enchanteur où seuls quelques chanceux pourront prendre l’apéritif ; le nombre de places extérieures est restreint, ce qui rend l’expérience plus délicieuse encore.

À la carte, une ribambelle de cocktails d’auteur imaginés par le célèbre bar Little Red Door et de mezzés à partager : houmous à la confiture de piment ; stracciatella à la betterave confite ; ceviche de maigre au jalapeño… Tout simplement Arisistible !

Carte : environ 40 €

Café Aristide, 3 rue Aristide Bruant, 75018 Paris. Tél. : 01 42 64 33 33. @monsieuraristideparis sur Instagram.

Diggity, I like the way you work it

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par DIGGITY (@diggityrestaurant)

Sur les hauteurs de l’Est parisien, à deux coups de fourchette de l’Atelier des Lumières, un restaurant hors norme vient d’investir un garage délaissé de la rue Saint-Maur. Les voitures de collection ont laissé place à des kilims multicolores, à des tables vintage entourées de chaises d’école et à des affiches tout droit sorties des années 1960, créant une atmosphère unique.

On s’installe dans l’ancien monte-charge recyclé en fauteuil pour déguster une cuisine d’auteur et d’audace dans des assiettes chinées dépareillées. Croquettes de pot-au-feu à tremper – avec les doigts ! – dans un délicieux aïoli au safran ; tataki de thon servi avec une onctueuse purée de brocoli et du chou rouge croquant ; et, pour finir, l’incontournable tarte au chocolat et caramel beurre salé de la maman d’un des deux fondateurs. On adore !

Avant de quitter les lieux, un passage obligé : les toilettes dissimulées derrière la bibliothèque de livres, avec leur propre bande-son sixties que diffuse un vieux poste de radio chiné.

Carte : environ 35 €

Diggity, 32 rue Saint-Maur, 75011 Paris. Tél. : 01 47 00 57 15. @diggityrestaurant sur Instagram.

Lire aussi : Le top 5 des terrasses de caractère à Paris

Comme au bistrot

Le Paris Seize, tradi chic

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Le Paris 16 (@paris16_restaurant)

Bistro pur jus, habillé aux murs de boiseries et au plafond de néons, Le Paris Seize propose midi et soir une cuisine gourmande typiquement parisienne : œufs mayonnaise ; pâté en croûte ; steak au poivre ; ris de veau aux morilles ; entrecôte aux cèpes ; clafoutis aux cerises ; profiteroles dégoulinantes de chocolat… Le tout préparé selon la tradition avec des produits frais et de saison. À accompagner d’une belle sélection de vins français… et d’une vue imprenable sur la tour Eiffel !

Carte : environ 45 €

Le Paris Seize, 18 rue des Belles-Feuilles, 75016 Paris. Tél. : 01 47 04 56 33. @paris16_restaurant sur Instagram.

Le Bon, La Butte, tour du monde en 80 minutes

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Le Bon La Butte (@lebonlabutte)

Au sommet de la butte Montmartre, pas de truand, mais David Polin, un chef autodidacte bourré de talent, qui propose au sein de son bistro une cuisine chaleureuse aux assiettes voyageuses. Tantôt sortie d’une bodega espagnole ou d’un izakaya japonais, tantôt cuisine du marché à la française – à l’image du Montmartre-Brest, gourmande revisite du célèbre Paris-Brest –, la carte évolue au gré des envies du chef ; intégrant toujours des influences et des épices d’ailleurs.

Ainsi, pas de limite ni de frontière, la seule contrainte que David Polin s’impose étant de travailler avec des produits frais, qui respectent la nature et sa temporalité. Une cuisine de sens qui s’accompagne d’une carte des vins presque exclusivement tournée vers le bio. On fait nos bagages ?

Carte : environ 35 €

Le Bon, La Butte, 102 ter rue Lepic, 75018 Paris. Tél. : 09 70 93 55 52. @lebonlabutte sur Instagram.

Lire aussi : Avec Madame Brasserie, Thierry Marx pose ses bagages au 1er étage de la tour Eiffel

Cuisine d’ailleurs

La Casbah, le premier bistrosouk parisien

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par 𝑳𝒂 𝑪𝒂𝒔𝒃𝒂𝒉 (@lacasbah.paris)

Mystérieuse forteresse dissimulée derrière de lourdes portes forgées, La Casbah invite les curieux à découvrir sa cuisine maghrébine revisitée et ses cocktails aux saveurs orientales dès la nuit tombée.

À la carte, une dizaine de kémias à partager – comme la pastilla d’agneau ; le poulet au citron confit ; le muhammara (dip au poivron et au piment doux) – et tous les mercredis, c’est « couscous party » ! Une cuisine gourmande et conviviale qui se marie parfaitement à l’atmosphère festive des lieux.

Après le dîner, la soirée se poursuit au sous-sol dans l’espace dancing ; où l’on se déhanche jusque tard dans la nuit à la lueur de la boule à facettes.

Carte : couscous party à 39 € par personne

La Casbah, 18-20 rue de la Forge Royale, 75011 Paris. Tél. : 01 88 33 41 78. @lacasbah.paris sur Instagram.

Oxte, aller simple pour Mexico

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Enrique Casarrubias (@kike_casarrubias)

Chez Oxte, le voyage débute dès la façade ocre de l’établissement qui, telle une capsule spatio-temporelle, nous transporte tout droit, le temps d’un repas, dans les souvenirs d’enfance du chef Enrique Casarrubias. Formé au George V et au Crillon, il propose à sa table – distinguée d’une étoile au Guide Michelin depuis 2021 – une cuisine raffinée où s’entremêlent la France et le Mexique, son pays natal.

Daurade royale marinée accompagnée d’une sauce hibiscus et piment ancho ; picanha de bœuf maturée blonde de Galice et caramel bière-moutarde ; dessert trompe-l’œil à l’avocat, au chocolat blanc et au citron vert… Les assiettes, colorées, jouent avec le piment et les cuissons à la braise, mais aussi avec leurs contenants – conçus sur mesure par des céramistes mexicains et portugais.

Arrivé à destination, le plus dur reste de quitter les lieux, habillés de plantes tropicales, de cadres brodés et de tomettes terracotta. On s’y croirait.

Carte : menu dégustation en quatre temps à 85 €

Oxte, 5 rue Troyon, 75017 Paris. Tél. : 01 45 75 15 15. @restaurantoxte sur Instagram.

Da Rosa Jr, l’enfant prodige

Rue du Mont-Thabor, le restaurant-épicerie Da Rosa devient Da Rosa Jr. Ce second baptême marque un changement d’identité : Arthur Da Rosa, fils du fondateur de la Maison, reprend à son compte l’adresse du VIIIe arrondissement pour y insuffler un vent de fraîcheur. Ainsi, si le lieu conserve son atmosphère chaleureuse de bar feutré, l’équipe a troqué sa chemise pour une série de t-shirts décalés.

Autre constante : l’accent porte toujours sur le bon produit, sourcé entre l’Italie, la France et l’Espagne, et servi sous forme d’assiettes festives et colorées. On se régale des Saint-Jacques enroulées dans un lard de Colonnata, de l’aubergine fondante au pastrami de veau ou encore de couteaux au jus vert et piment d’Espelette. À déguster avec le cocktail de la maison – le pisco sour – sur une playlist groovy qui évolue au rythme de la journée.

Carte : environ 40 €

Da Rosa Jr, 19 bis rue du Mont-Thabor, 75001 Paris. Tél. : 06 30 00 27 22. @darosa.jr sur Instagram.

Lire aussi : Salvaje, le nouveau restaurant festif qui fait du bruit à Paris

Partager cet article

A lire aussi